2021… et si j’osais un changement d’orientation professionnelle ?

Bonne année 2021
15 janvier 2021
Avez-vous le profil d’un(e) entrepreneur(e) ?
22 février 2021
 

2021... et si j'osais un changement d'orientation professionnelle ?  

2021 est votre année, celle où vous allez oser changer d’orientation professionnelle. Vous vous êtes fixé ce cap, mais vous voilà assailli(e) par les peurs, au point de douter d’avoir pris la bonne décision. Alors plutôt que de vous laisser happer par les craintes, plutôt que de laisser les « et si… » vous submerger, apprenons à les contourner pour aller au bout de votre projet.

La peur, cette émotion qui paralyse

On a beau vous encourager dans votre reconversion, c’est plus fort que vous, vous avez peur. Quand vous ne craignez pas de tout changer, c’est la peur de l’échec ou celle de manquer d’argent qui vous envahit.

Tout le monde vous dit que, dans la vie, quand on veut on peut, mais dans votre réalité, cela est bien moins simple. Les peurs vous font douter, voire même culpabiliser, et vous les entrevoyez comme des freins à votre évolution.

Pourtant, quoi de plus naturel que de douter quand on entreprend un changement. Après des années au même poste, vous avez sûrement acquis un certain confort ou mis en place une routine qui vous sécurise. Or aujourd’hui, avec votre projet de reconversion, il va falloir vous en éloigner pour construire de nouvelles fondations, dont vous ne connaissez encore rien. Il est donc évident que vous vous interrogiez et que certaines émotions vous traversent.

"Vous risquez juste un mieux-être..."

 

Passer outre les peurs pour se reconvertir

Vous êtes focalisé(e) sur votre projet de réorientation et sur vos objectifs, si bien que vous avez oublié l’aspect émotionnel de votre démarche. Alors pour éloigner vos peurs, commencez par les énumérer. Avez-vous peur de ne pas réussir à reprendre les études ? Croyez-vous que vous n’avez plus l’âge de telles fantaisies ? Doutez-vous de votre capacité à réussir et de votre légitimité à changer de job ? N’ayez aucun tabou et ouvrez-vous à vous-même. En nommant vos peurs, elles vous paraîtront déjà moins impressionnantes.

Imaginez ensuite ce qui pourrait vous arriver de pire pour chacune de vos peurs. Si vous ne réussissez pas à travailler comme il le faut lors de votre formation, que risquez-vous ? Si vous vous rendez compte que le métier que vous idolâtriez ne vous plaît pas, que va-t-il se passer au pire ? Tant qu’aucun drame n’est identifiable, pas de panique. En réfléchissant aux risques de vous reconvertir, vous prendrez conscience que votre mental est très fort pour imaginer des scénarios tous plus effrayants les uns que les autres. Mais en réalité, vous risquez juste un mieux-être.

Par ailleurs, quand on prend la décision de se reconvertir, on se fait souvent accompagner ou bien on prend le temps de bien y réfléchir. Il est rare que ce type de projet se fasse sur un coup de tête. Ainsi, quand vous vous lancez, le risque est mesuré et vos peurs ne sont qu’une façade pour vous empêcher d’avancer. Votre mental en mode « Alerte rouge » dénote un petit manque de confiance en vous, légitime mais tout à fait surmontable.

Même si vous craignez de ne pas être à la hauteur, de décevoir un proche ou d’avancer vers l’inconnu, dites-vous tout simplement que si vous n’y arrivez pas, vous aurez au moins osé. L’échec n’existe pas et vous aurez le mérite de vous être autorisé(e) à vivre une expérience intéressante. Vous aurez appris à vous connaître et cela n’est jamais inutile.

Vos données sont en sécurité, à tout moment vous pouvez vous désinscrire.

Laisser un commentaire