Absentéisme au travail : la perte de sens en cause ?

Reconversion : pourquoi les métiers manuels ont le vent en poupe ?
15 juin 2019
Le « slashing » : mode ou réalité ?
1 septembre 2019
 

Absentéisme au travail : la perte de sens en cause ?


« Je serai absent(e) aujourd’hui ». Avec un bond de 3.6% en un an, cette petite phrase est de plus en plus prononcée par les salariés. Ils peuvent être malades certes, mais l’absentéisme revêt désormais d’autres visages plus inattendus. Mal-être en entreprise, raisons personnelles, pas envie de s’engager dans la structure, etc., qu’est-ce qui fait grimper le taux de ces absences ?

Un absentéisme dans l’air du temps

Les arrêts maladie ont toujours existé dans les entreprises ou collectivités, c’est un fait. Mais des arrêts d’un nouveau genre ont peu à peu pointé le bout de leur nez, faisant grimper l’absentéisme de 16% depuis 2014.

Au premier plan, des difficultés organisationnelles qui font qu’il est parfois difficile d’aller travailler. Votre enfant est malade ou votre parent âgé a un rendez-vous médical important. Dans ce contexte, le nombre croissant de familles monoparentales agit sur la tendance, tout comme les salariés de la génération « sandwich », coincés entre des enfants scolarisés et des parents vieillissants. Avec un taux d’absentéisme de 9.3% à eux seuls, les 40 à 59 ans ont des obligations personnelles prioritaires sur le travail, car la famille est et restera une valeur refuge pour les Français.

Mais l’absentéisme est aussi une question d’engagement dans l’entreprise, il est lié à une perte de sens. Surchargé(e) par les dossiers, abattu(e) par la pression et le stress, en manque de reconnaissance, où trouver la motivation d’aller travailler ? Certains secteurs d’activité sont ainsi plus sensibles à l’absentéisme avec une pénibilité que l’on connaît bien. Tandis que la santé connaît une hausse de 31% sur 4 ans, les transports, le commerce et les services suivent eux aussi la tendance. Quand vos conditions de travail se dégradent, que la reconnaissance est bannie du vocabulaire de votre hiérarchie, à quoi bon donner le meilleur de vous-même ? Qui verra que vous êtes absent(e), puisque vous n’êtes qu’un « pion » interchangeable parmi d’autres ? Un malaise qu’il est grand temps d’enrayer pour retrouver la joie d’exercer votre job.

"L'absentéisme est lié à une perte de sens"

 

Quelles solutions à l’absentéisme ?

Quand on interroge les salariés sur leurs attentes, 8 sur 10 aimeraient davantage de souplesse dans leurs horaires de travail. Imaginez pouvoir arriver une heure plus tard ou partir 30 minutes plus tôt en cas d’impératif personnel. Mieux encore, que diriez-vous de pratiquer le télétravail un ou plusieurs jours par semaine ? Sans cette contrainte liée au temps et aux transports, votre niveau de stress serait sans doute moins élevé. Vous auriez sûrement envie de vous investir un peu plus dans votre travail grâce à cette souplesse qui change la vie. Un bon premier pas pour changer la donne !

Aussi, de plus en plus d’entreprises l’ont compris, les collaborateurs sont la première valeur d'une structure. Sans vous, sans votre investissement et votre joie de vivre, rien de positif ne se passe, l’ambiance générale se dégrade. Votre bien-être au travail devient alors une source de réflexion et la quête de sens, une tendance à suivre. Alors quand certains créent des espaces de détente dans les locaux pour que vous vous reposiez pendant la pause, d’autres optent pour un management plus horizontal où chacun a son mot à dire. D’autres encore organisent des ateliers collectifs entre collègues, des petits déjeuners ou bien misent sur des bureaux plus confortables. Autant d’attentions qui font que vous vous sentez considéré(e). Vos idées ont du sens pour votre employeur, vous éprouvez un sentiment d’appartenance vis-à-vis de l’entreprise, et vous retrouvez le sourire. Des petits riens qui vous redonnent l’envie d’aller travailler, de vous investir et qui font que vous existez.

S’il est vrai que l’absentéisme augmente chaque année en France, il semble que les entreprises commencent à comprendre leur responsabilité sur le bien-être des salariés. Tout n’est pas parfait, mais les choses bougent et une nouvelle tendance se dessine avec la notion de bonheur au travail. Rendez-vous donc dans quelques années pour faire le point et vérifier si cette recherche de sens au travail a bel et bien réduit le nombre des absents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *